«Nous prenons en charge vos projets de développement pharmaceutique.»

Rechercher sur le site

Pour toute demande
d'information ou de devis :

gimopharm groupe pharmaceutiqueTél: + 33 (0)1 69 35 54 90
gimopharm groupe pharmaceutiquecontacts@gimopharm.com

Toxicologie in vitro

Gimopharm met à votre service son savoir-faire et son expertise dans le domaine des tests alternatifs à l’expérimentation animale pour l’évaluation de l’innocuité de vos ingrédients et produits finis.

Toutes nos études de sécurité et tests in-vitro sont réalisés en conformité avec les réglementations en vigueur.

-      Irritation cutanée

           (OCDE 439, modele Skinethic)

-      Irritation oculaire

           (OCDE 492, modèle Skinethic) 

-      Irritation oculaire

          (Relargage du Rouge Neutre selon JO du 30.12.1999, annexe VI)

-      Phototoxicité

          (OCDE 432)

-      Biocompatibilité

          (Pharmacopée Japonaise)

 

 

Etude de l’irritation cutanée in-vitro d’un élément d’essai par application sur épiderme humain reconstitué

(Modèle RHE de Skinethic)

 

PRINCIPE DE L’ÉTUDE :

L’objectif de l’étude est d’évaluer la capacité d’une molécule à induire des effets d’irritation cutanée, par un essai de cytotoxicité, sur des épidermes humains reconstitués.

Après application de l’élément d’essai pendant 42 minutes, les inserts sont lavés et incubés pendant 42h. La viabilité cellulaire des modèles d’épiderme humain reconstitué est évaluée par la mesure de l’activité de la succinate déshydrogénase mitochondriale des cellules vivantes. Cette enzyme convertit le colorant vital MTT [bromure de 3-(4,5-diméthylthiazol-2-yl)-2,5-diphényltétrazolium] en un sel de formazan bleu, mesuré  par spectrophotométrie, après son extraction des tissus.

 

 

Etude de l’irritation oculaire in-vitro d’un élément d’essai liquide par application sur cornée humaine reconstituée

(Modèle HCE de Skinethic)



PRINCIPE DE L’ÉTUDE :

L’objectif de l’étude est d’évaluer la capacité d’une molécule à induire des effets d’irritation oculaire, par un essai de cytotoxicité, sur des épithéliums de cornée humaine reconstituée.

Après application de l’élément d’essai pendant 30 minutes, les inserts sont lavés et incubés pendant 30 minutes à 37°C.

La viabilité cellulaire des modèles de cornée humaine reconstituée est évaluée par la mesure de l’activité de la succinate déshydrogénase mitochondriale des cellules vivantes. Cette enzyme converti le colorant vital MTT [bromure de 3-(4,5-diméthylthiazol-2-yl)-2,5-diphényltétrazolium] en un sel de formazan bleu mesuré  par spectrophotométrie après son extraction des tissus.

 

Etude de l’irritation oculaire in-vitro d’un élément d’essai solide par application sur cornée humaine reconstituée

(Modèle HCE de Skinethic)


 

PRINCIPE DE L’ÉTUDE :

L’objectif de l’étude est d’évaluer la capacité d’une molécule à induire des effets d’irritation oculaire, par un essai de cytotoxicité, sur des épithéliums de cornée humaine reconstituée.

Après application de l’élément d’essai pendant 4h, les inserts sont lavés et incubés successivement pendant 30 minutes à température ambiante puis pendant 18h à 37°C.

La viabilité cellulaire des modèles de cornée humaine reconstituée est évaluée par la mesure de l’activité de la succinate déshydrogénase mitochondriale des cellules vivantes. Cette enzyme converti le colorant vital MTT [bromure de 3-(4,5-diméthylthiazol-2-yl)-2,5-diphényltétrazolium] en un sel de formazan bleu mesuré  par spectrophotométrie après son extraction des tissus.

 

 

Evaluation du potentiel phototoxique d’un élément d’essai par comparaison de sa cytotoxicité, sur lignée Balb/c 3T3, en présence et en absence d’exposition aux UVA


PRINCIPE DE L’ÉTUDE :

Le test de phototoxicité in-vitro 3T3 NRU repose sur la comparaison de la cytotoxicité d’une substance chimique avec et sans exposition à une dose non cytotoxique de lumière solaire simulée. La viabilité de la lignée Balb/c 3T3 est évaluée par la diminution, en fonction de la concentration en xénobiotique, de la fixation d’un colorant vital rouge neutre dans les lysosomes intracellulaires.

Pour cela, les dilutions de l’élément d’essai, ainsi que des témoins négatif et positif, sont déposés sur 2 plaques 96 puits contenant les fibroblastes semi-confluents. Après 1h de contact, une plaque est soumise à une exposition d’une dose de 5 J/cm2 d’UVA, tandis que l’autre est maintenue à l’obscurité. Le produit est ensuite éliminé par rinçage. Après 18 à 24h d’incubation, une coloration au rouge neutre est réalisée et la viabilité cellulaire est mesurée par spectrophotométrie suite à l’ajout de la solution de révélation.

 

Evaluation de la tolérance oculaire par étude de la cytotoxicité sur lignée SIRC, selon la méthode de relargage du rouge neutre.

 

PRINCIPE DE L’ÉTUDE :

Cette méthode est une alternative à l’expérimentation animale qui concourt à l’évaluation du potentiel irritant oculaire des produits cosmétiques.

Le principe est basé sur l’évaluation de la cytotoxicité du produit testé, par détermination de la concentration entraînant 50% de la mortalité (CI50), à l’aide de la technique de relargage du rouge neutre. Cette étude est menée en 2 temps.

Après incubation de la solution colorante de rouge neutre avec les cellules en culture sur plaque, pendant 3h, chaque dilution de produit est mise en contact des cellules pendant 60 secondes ou 30 secondes, (selon le pourcentage de tensioactifs de la formule), avant d’être éliminée par rinçage. La viabilité des cellules est évaluée par spectrophotométrie après ajout de la solution de révélation

 
 

Votre contact pour plus d’informations :

Christèle LEPRETTRE, Responsable du Laboratoire de Toxicologie in-vitro, christele.leprettre@gimopharm.com – 01 76 91 22 74